The Grocery : drogue, flingues et pain azyme

1 commentaire

Drame
The Grocery Ducoudray Singelin

Ça faisait un petit moment que cette série me faisait de l’œil chez mon libraire et j’ai fini par craquer. Bien m’en a pris. Parce que the Grocery, c’est une grosse tuerie.

Je préfère prévenir : The Grocery est explosif et addictif. Si vous êtes fan de séries US à la The Wire (les auteurs avouent eux-mêmes s’en être librement inspiré) ou Breaking Bad, vous allez prendre votre pied, car tous les mécanismes scénaristiques sont là. L’intensité, la violence, le suspens.

L’histoire commence autour d’une épicerie à l’angle de 2 rues d’un quartier mal fréquenté de Baltimore. Elliott, le fils de l’épicier, fait la connaissance de Sixteen et de sa bande de potes, des corner boys, qui occupent leurs journées en vendant de la drogue dans la rue. Washington, le militaire américain qui revient d’Irak totalement paumé, découvre que la maison de sa mère a été vendue suite à la crise des sub-primes, le mettant par la même occasion à la rue. Ellis One, l’ancien caïd du quartier, sort de prison après avoir résister à la chaise électrique avec la volonté de reprendre en main son quartier, fort de sa nouvelle légende.

The_Grocery_Singelin_Ducoudray_03 The_Grocery_Singelin_Ducoudray_01

Les histoires de ces personnages vont prendre de plus en plus d’ampleur et connaître d’énormes rebondissements, faisant monter la pression crescendo. Plus on avance, plus on a envie d’avancer. Si vous êtes de nature impatiente, je vous conseille d’acheter les 4 tomes directement.

Les dessins très particuliers marchent à fond la caisse sur moi. Dès les premières cases on est parachuté dans cette épicerie de quartier, et on vit tous les évènements de l’intérieur. Le fait de représenter les personnages par des sortes d’animaux grossièrement dessinés amène un gros décalage avec le ton violent de la série, mais les émotions sont tellement bien rendues sur les visages et dans les attitudes qu’au final on s’attache limite plus que si ils avaient eu des figures humaines. Seul petit bémol, on peut confondre deux personnages au début, quand on n’est pas encore habitué aux visages, mais bon, c’est vraiment parce qu’on m’a demandé de trouver un truc négatif quoi…

Coulis sur le cheesecake : Des planches bonus très drôles et très décalées sont disséminées au fil des quatre volumes. Elles parlent parfois d’un groupe de personnages de la série, parfois d’une mini histoire en marge de la trame principale, et elles viennent renforcer l’immersion et l’ambiance déjà parfaite. Chapeau.

The_Grocery_Singelin_Ducoudray_02

Pour être complet, un tome 0 : Before the Grocery est sorti entre les tomes 3 et 4 et, comme son nom l’indique, est un préquelle à l’histoire. On retrouve donc les mêmes personnages, mais cette BD est présentée sous forme d’histoires courtes. Le ton est évidemment différent, mais si vous avez aimé l’ambiance du quartier de l’histoire principale, ça vous fera plaisir d’y retourner avec un peu plus de légèreté.

En résumé : Une petite bombe

The Grocery Ducoudray Singelin tome 01The Grocery, tome 1 – Aurélien Ducoudray et Guillaume Singelin – paru en octobre 2011 chez Ankama – ISBN : 978-2359101515

Disponible sur Amazon ou chez votre libraire préféré

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *