Scott Pilgrim : génération 90

3 commentaires

Fantastique Romance
Scott Pilgrim Bryan Lee O'Malley

Aujourd’hui je vais vous parler d’un comics adapté en film et en jeu vidéo et qui n’est pas de chez Marvel. Si, ça existe.

Scott Pilgrim est une série de comics

Ecrite et dessinée par Bryan Lee O’Malley, cette série en 6 volumes parait initialement en Amérique du Nord à partir de 2006 en noir et blanc, avant d’être traduite en 2010 et rééditée tout récemment en couleurs.

En s’inspirant de mangas et de sitcoms, cette Scott Pilgrim nous fait évoluer à Toronto, au milieu de jeunes adultes réunis autour du rock indépendant, avec de fortes références aux jeux vidéo. Scott Pilgrim, notre héros, est un jeune canadien de 23 ans, glandeur, immature et bassiste dans le groupe Sex Bob-Omb (double référence à Sex Bomb de Tom Jones et aux Bob-ombs, des petites bombes avec des jambes de l’univers de Mario), et qui a un coup de foudre pour la mystérieuse Ramona Flowers. Jusque là, rien de bien anormal, ça ressemble à une auto-biographie d’un mec qui a grandi dans les années 90.

Scott Pilgrim Bryan Lee O'Malley

Mais rapidement, l’auteur rajoute une touche surréaliste à l’ensemble, en amenant quelques délires pas forcément expliqués et en fusionnant jeu vidéo et réalité. Scott Pilgrim apprend alors qu’il doit se battre contre les 7 ex maléfiques de la belle Ramona pour gagner son cœur. Là où Bryan Lee O’Malley a remarquablement fait les choses, c’est qu’il a incorporé ces extravagances de manière tout à fait naturelle. Personne ne s’étonne de voir un point de sauvegarde briller dans un coin d’une pièce ou encore du fait que Scott récolte de l’argent et des points d’expérience après un combat. Ce n’est pas normal, mais personne ne le fait remarquer.

Scott Pilgrim Bryan Lee O'Malley

L’humour est également omniprésent et très bien dosé. Les dessins, fortement inspirés des mangas pour leur graphisme simple et leur dynamisme, renforcent ce côté décalé de la série. Ca se lit à toute vitesse sans jamais écœurer le lecteur. La mise en scène est également très travaillée et participe au sentiment agréable qu’on éprouve en lisant ce comics. Car oui, Scott Pilgrim c’est avant tout une série qui fout la banane, sans vraiment de raison particulière.

Scott Pilgrim est également un film

La série a été adaptée au cinéma en 2010 par Edgar Wright (à qui on doit notamment la trilogie Cornetto avec Simon Pegg et Nick Frost, gage de qualité), avec Michael Cera dans le rôle principale et Mary Elizabeth Winstead pour jouer Ramona Flowers. Si on passe outre les différences et raccourcis qu’il y a avec la série, le film est une jolie réussite. L’aspect visuel a notamment été très bien travaillé et colle parfaitement à l’ambiance donné par Bryan Lee O’Malley à ses livres.

Scott Pilgrim vs the world the movie

Scott Pilgrim est aussi un jeu vidéo

Ubisoft a adapté cette série en 2010 dans un jeu vidéo dématérialisé sur PS3 et Xbox 360, en sortant un beat’em all fort logiquement baptisé « Scott Pilgrim vs the world : the game ». Hommage aux beat’em all old school comme Double Dragon (sorti en 1987) pour ne citer que le plus connu, le jeu est avant tout destiné aux fans. Assez dur, un chouïa répétitif, et plutôt inégal, ce n’est pas un bon jeu dans l’absolu, mais il gagne très fortement en sympathie pour les fans des comics (et/ou du film). Bonus sympa : on peut inviter jusqu’à 3 potes dans son canapé pour y jouer à 4 en simultanée, chacun jouant un des personnages centraux de la série.

Scott Pilgrim the game

En résumé : Lisez, regardez, jouez, vous allez aimer.

Scott Pilgrim tome 01 coverScott Pilgrim tome 1 : Precious Little Life – Bryan Lee O’Malley – paru en septembre 2014 chez Milady – ISBN : 978-2811212575

Disponible sur Amazon ou chez votre libraire préféré

3 comments

  1. Lien vers un autre article : Les meilleures adaptations de BD au cinéma - Bédélo

  2. Julia

    J’ai lu, vu et relu et revu mais toujours pas joué … C’est un comics excellent et la version couleur n’est pas mal non plus. Votre site est vraiment bien ! Continuez mais aussi lisez « Le Grand Méchant Renard » de Benjamin Renner (je ne suis pas payée pour faire cette pub’). La BD vaut vraiment le coup 😉

    1. Ben Article de l'auteur

      Merci du conseil ! J’ai prévu de passer chez mon libraire ce soir, j’y jetterai un œil 🙂
      Pas lu la version couleur de Scott Pilgrim, mais comme toi, lu et relu la version noir et blanc. Ca se lit facilement et rapidement, c’est agréable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *